« Think Outside the Box »

Image 1

Merci les Bleus ! et Vive l’ESS !

Vous avez réussi à créer un puissant éclair d’énergie positive pour une grande majorité de Français !
Certes, cela sera éphémère, et il est sans doute vain d’espérer vouloir en prolonger l’effet, mais un peu comme en laboratoire, cela a existé ! C’est donc possible !
Possible d’éprouver le plaisir et la fierté d’être reconnu à grande échelle grâce à une équipe
Possible de faire fi de nos différences pour privilégier ce que nous avons en commun
Possible de sourire à un(e) inconnu(e) et de recevoir le sien en retour en toute complicité
Possible de repousser les frontières de l’impossible à plus loin, au-delà du ciel aux deux étoiles
Possible de transformer la défiance latente en présomption de confiance
Possible de continuer à décliner beaucoup d’autres possibles
Après cela, certains d’entre nous auront fait le plein d’énergie , ils vont REFLECHIR puis parfois AGIR :
OUI, le sport d’élite est une vitrine nécessaire à la vulgarisation du sport de masse
OUI, le sport de masse est un vecteur d’intégration et d’éducation primordial
OUI, l’éducation et l’intégration sont des facteurs clés de progrès sociétaux et de sécurité
OUI , Notre avenir en harmonie avec notre planète dépend de ces facteurs de progrès et de sécurité.

Mais BOUM !!!! Après l’euphorie revient le « Réalisme » et la bonne conscience d’avoir quand même essayé d’agir……. Et trouver mille bonnes raisons à l’abandon.

Il ne suffit pas d’agir……… il faut accomplir !

La solution apparait donc simple, il faut changer le « Réalisme » , et le faire sortir de sa boite aux résultats déjà éculés.

Oser bouleverser les paradigmes qui castrent les initiatives et les entrepreneurs !

Sans chercher à convaincre les « immobiles » , mais plutôt en tentant de faire converger les « agiles » pour aller plus loin, ensemble ! C’est tout l’objet de l’idée qui suit :

L’ESS (l’Economie Sociale et Solidaire) a dans son ADN tous « les possibles » évoqués ci-avant et bien d’autres encore, elle dispose en son sein de bras de leviers économiques qui peuvent la rendre plus compétitive que l’économie traditionnelle :- Sa gouvernance naturellement « opale »
– Sa profondeur de vision stratégique qui la rend plus pérenne
– Sa vocation à réinvestir 100% de son résultat dans son développement
– Sa capacité à faire s’engager ses équipiers (= employés dans l’économie traditionnelle)
– Sa puissance créatrice boostée par son « copyleft » à opposer au « copyright » traditionnel
– Sa capacité à recruter des « talents » qui veulent donner un sens à leur travail
– Son impact sur les circuits courts et la solidarité régionale

Elle pourrait aller tutoyer les étoiles elle aussi, en profitant de le ces assistances gravitationnelles de planètes en planètes si sa vitesse initiale au décollage était suffisante, mais voilà nous l’avons doté d’un moteur Diesel !

A-t-on jamais vu une fusée décoller avec un moteur diesel ?

La procédure administrative pour créer une ESS est certes accessible, mais il est quasiment impossible de la doter de fonds propres suffisants à son décollage rapide pour deux raisons essentielles :

1- Elle souffre d’une présomption initiale de Défiance ! Comment investir dans une société qui n’est pas centré sur le profit ! on lui demande en outre de faire ses preuves pendant 3 ans avant d’obtenir un label ESUS, comment faire ses preuves sans moyens, il faut être un génie, il en existe mais ils ne sont pas légion (au passage bravo au groupe SOS)
2- Elle ne rémunère pas le capital investi, pas facile dans ses conditions de boucler un tour de table.

Serions-nous condamnés au démarrage d’un moteur diesel ?

La réponse est NON ! il faut simplement changer les usages.

Un moteur de fusée c’est le mélange d’un carburant et d’un comburant capable de dégager une énergie chimique instantanée importante que l’on converti en énergie cinétique.

Bonne nouvelle ! Nous avons potentiellement le comburant et le carburant , l’idée est simple :

Ce montage n’existe pas encore dans sa version ESS, mais il est possible :

– La loi Jacob – Dutreil a ouvert dès 2005 le droit à une FRUP de détenir des actions d’une société commerciale
– Au Danemark 54% des entreprises cotées à la bourse de Copenhague appartiennent majoritairement à des fondations , et prouvent leur efficacité.
– En France, la volonté politique existe de vouloir combler sur ce point le retard pris par rapport aux pays Scandinaves et à l’Allemagne

Mais voilà , son utilisation est complexe et seules 4 fondations actionnaires existent en France avec un usage différent de celui proposé qui consiste à protéger les sociétés commerciales de la dispersion du capital au moment du passage de générations et des risques d’OPA hostiles et de délocalisation qui en découleraient.

Dans sa version ESS , ce montage serait vertueux pour d’autres raisons :

Le « Comburant » Mécénat existe , il est même très important, il alimente actuellement fondations et associations à but non lucratif pour qu’elles puissent mener à bien leurs missions. Mais si on favorise le mélange avec le carburant que représente l’environnement entrepreneurial social et solidaire (entrepreneur + Investisseurs), on en augmente considérablement l’efficacité pour deux raisons principales :
– La pertinence sociétale et économique de l’ESS qui permet au projet une fois lancé de se dupliquer par ses propres moyens sans autres apports, contrairement aux activités non lucratives
– La capacité de toutes entreprises performantes (y compris ESS) à profiter de l’effet levier emprunts bancaires qui démultiplie ses ressources initiales (X4 ou X5)

Dans ces conditions 1 € de mécénat attribué à l’ESS ne sert plus à couvrir 1 € de charge sociétale une seule fois, mais permet de dégager vraisemblablement plus de 5 € de profit sociétal tous les ans et pour longtemps et il en est de même pour l’investissement fiscal correspondant de l’état.

C’est simple, possible, performant et pourtant cela n’existe pas ? POURQUOI ???

Il me semble qu’il doit exister au moins 4 raisons principales qu’il ne faut pas occulter :

1. Le pouvoir de la boite ! ou autrement dit la résistance au changement, cette loi en 2005 a été promulguée pour protéger des grands groupes Français et FABRE en particulier de dispersion de Capital, l’utiliser à une autre fin, c’est vraisemblablement « Outside The Box »
2. La présomption de Défiance sur la gouvernance des fondations qui rompt avec le sacro-saint principe capitaliste Majorité en Action = Pouvoir de Décision
a. Et pourtant les statuts d’une fondation sont transparents et accessibles à tous
b. Et pourtant le conseil d’administration d’une fondation est constitué à minima de trois collèges (Fondateurs, Droit et Qualifiés) qui en garantissent la mission sociétale.
3. Le risque de concurrence déloyale, alimentée par l’origine des fonds propres (75% d’une FRUP => aide fiscale de près de 50% de la valeur des fonds propres) , Ce point mériterait à lui seul un article complet, mais pour aller à l’essentiel, 1 – le compte d’exploitation n’est pas impactée donc la concurrence est loyale, 2 – L’impôt sert à équilibrer le service sociétal et il est sans nul doute bien mieux investi dans l’ESS.
4. La nuisance au marché Boursier, effectivement les parts détenues par une Fondation sont inaliénables donc inaccessibles au marché boursier, les autres parts non ! ce qui favorise les investisseurs stratégiques au détriment des spéculateurs, qui s’en plaindrait !

Pour conclure je rappelle que cet article ne s’adresse qu’aux « Agiles » c’est-à-dire ceux qui sont arrivés jusqu’à cette conclusion, les immobiles, eux ont zappés depuis que je ne parle plus de foot.

Pour faire bouger les lignes nous avons besoin de travailler ensemble, de faire jouer nos réseaux respectifs, de coordonner nos efforts, je suis COLIBRI au sens de Pierre de Rabhi et j’ambitionne de participer à devenir fusée pour tutoyer les étoiles !! J’espère que vous aussi.

Soyons objectif ! le chemin est jonché d’embuches, il va falloir y mettre Energie et Solidarité, et comme je peux bien l’avouer maintenant mon sport à moi c’est l’ovalie :

Philippe LOISEAU – 13 mars 2019

Nous sommes ici

2, Kéranué 56700 KERVIGNAC
Téléphone : +33 (0)6 86 67 83 75
Email : contact@keex2c.com

Fermer le menu